Mercredi 16 septembre 3 16 /09 /Sep 02:10

Merci à Annie de m'avoir donné le goût de retravailler et de terminer cette histoire.

F. xxx

------------------------------

Annie revenait d'une visite à la campagne où elle avait été voir des amis...

Pour gagner du temps, elle avait emprunté une petite route secondaire. C'était le soir, il était presque minuit.

Début vingtaine, c'était une jolie femme. Une séduisante brunette au sourire irrésistible.

Elle était fière de son corps: de ses seins, de ses fesses et de ses cuisses encore très fermes.

De nature séductrice, elle aimait s'habiller sexy....

Par cette chaude journée d'été, elle portait un chemisier blanc, une jupe noire à mi-cuisse ainsi que des souliers noirs à talon haut, lacés à la cheville.

À la sortie d'une courbe, un voyant lumineux indiquant la surchauffe du
moteur s'alluma.

Annie se rangea sur l'accotement... La nuit était d'un noir d'encre... Pas
une seule habitation en vue...

Elle ouvrit son téléphone portable pour constater que sa pile était à
plat...

Au même moment, elle vit les feux d'une voiture... ou plutôt, d'un camion
qui s'approchait...

C'était en fait un semi remorque qui se rangea sur l'accotement, juste
devant la voiture d'Annie.

En descendit un homme, fin-quanrantaine, non rasé, vêtu d'une veste de cuir entrouverte sur une poitrine couverte de poils... Gros ventre, jeans couvert de taches d'huile. Il portait des gants de camionneur recouvrant ses paumes...

"Alors, ma petite dame, en panne?.. Laissez-moi regarder ça... Hummm... on
dirait que c'est l'alternateur... Embarquez-donc avec moi, je vous laisserai
au garage du prochain village...."

Annie hésita un peu mais, pour quelques kilomètres, que risquait-elle?

L'homme l'accompagna du côté passager... Surprise! Un autre homme était là, debout, à côté du camion, tenant la porte entrouverte... Trapu, barbu, début cinquantaine, cheveux longs et gras... Il portait une camisole toute sale recouvrant à peine son gros ventre...

Annie sentit immédiatement le piège... Trop tard!

Le conducteur qui se prénommait Bill l'empoigna par les cheveux, grimpa sur le marche-pied et la tira violemment vers l'intérieur de la cabine du
camion...

L'autre homme qui se faisait appeler Frank glissa une main entre les jambes d'Annie pour la pousser vers l'autre homme...

Annie se retrouva entre ces 2 brutes, assise sur la banquette avant du
camion...

Des larmes se mirent à couler sur son visage alors que, tremblante, elle se
mit à implorer les deux hommes...

"Je vous en prie, laissez-moi partir, ne me faites pas de mal"

"Te faire de mal?", répondit Bill... " pas une miette... On va juste de
violer, ma tabarnak de pute... Tu penses qu'on sait pas ce que tu veux,
ciboire de chienne, habillée de même sur le bord de la route..."

Annie pleurait maintenant à chaude larmes...

"Arrête de te lamenter, calice de vache" ajouta Frank, alors qu'avec ses
grosses mains sales et huileuses, il empoignait les seins fermes de la jeune
femme...

"Nooooooooooonnn, non, non, non..... ", gémit-elle, cria-t-elle, tout en se
débattant, essayant de repousser les deux hommes avec ses mains et ses
jambes...

CLAC... CLAC...

Bill giffla violemment Annie à deux reprises...

"T'es ben mieux de te calmer, ma calisse..."

Sonnée, apeurée, sentant que toute résistence est inutile, Annie cessa de
lutter...

CLIC...

Bill fit jaillir de sa poche un couteau à cran d'arrêt et l'appuya sur la
gorge de la jeune femme.

"T'as intérêt à être bien gentille... T'as compris?"

"Ou... Oui..", gémit Annie entre 2 sanglots...

"Maintenant, laisse-toi faire, petite crisse de fendue..", ajouta Frank de
sa voix rauque, tout en lui déchirant son chemisier et en lui arrachant son
soutien-gorge...

"Hummmm... hostie de belles petites boules fermes... ", éructa Bill, la
bouche entrouverte, les yeux rivés à ses mamelons rendus rigides par la
honte et la peur....

Comme dans un cauchemard, Annie pu les voir palper et malaxer rudement ses seins. Les prendre et les presser entre leurs grosses mains sales aux ongles noircis...

Un frisson de honte, de peur mais aussi, même si elle ne voulait se
l'avouer, de plaisir, la parcourra lorsque les deux hommes se mirent à lui
sucer et à lui mordiller les mamelons qui ne cessaient de s'allonger et de
durcir entre les lèvres des 2 violeurs...

"Tabarnak, tu vas me sucer, ma charogne", dit Bill en déboutonnant son jean et et le faisant descendre jusqu'à ses genoux...

Agrippant Annie par les cheveux, il la força à se pencher vers sa queue
bandée...

Une forte odeur de musc et de transpiration prit Annie à la gorge alors que Bill, le couteau appuyé contre son cou, lui ordonna:

"T'es ben mieux de pas me mordre, mon hostie de vache parce que je te
pique!"

À quatre pattes sur la banquette du camion, penchée vers la queue de Bill,
des larmes coulant sur ses joues, Annie commença à lui sucer le gland alors que Frank lui déchirait sa petite culotte...

"Hostie, Bill, tu devrais voir le beau petit cul qu'elle a!"

Sans aucune forme de préparatif, Frank fit entrer 2 de ses gros doigts sales dans le vagin d'Annie qui sursauta d'être ainsi violemment pénétrée...

"Bouge pas, ma chienne", lui cria Bill dont la queue durcissait de plus en
plus entre les lèvres de la jeune femme.

"Tabarnak, Bill, est toute mouillée... regarde, je peux même en faire
rentrer trois!!!"

La peur et maintenant la honte envahissaient Annie alors
qu'involontairement, elle leur faisait voir les réactions de plaisir qui se
manifestaient à travers son corps...

Bill, les yeux rivés sur les 3 doigts de Frank qui, couverts de sécrétions,
entraient et sortaient fénétriquement du vagin d'Annie, sentit la jouissance monter en lui.

"Calisse de chiennes, sont toutes pareilles... le viol les fait toutes
mouiller!!! Suce, ma charogne, avale mon jus, mon hostie de salope... Ah
oui, ah oui, ah ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii..."

Le couteau appuyé sur la gorge, la queue du gros homme bien engagée dans sa bouche, Annie n'eut d'autre choix que de recevoir et d'avaler ce sperme épais, chaud et visqueux...

"Crisss, a m'a fait décharger pis elle a toute avalé, l'hostie de
vicieuse..."

"Envoye ma criss de pourrie, c'est à mon tour asteur", cria Frank.

Empoignant violemment Annie par les cheveux, Frank la fit basculer à
l'arrière du siège, sur le matelas servant aux 2 chauffeurs afin de se
reposer durant les longs trajets...

Le gros homme se jeta sur elle comme un animal en rut, les jeans baissés au genoux, la queue bandée dans sa main cherchant l'ouverture étroite de son vagin...

Annie se débattit, cria et résista jusqu'à ce que le vieux vicelard referme
une de ses grosses pattes autour du cou de la jeune femme:

"Tu vas arrêter de te débattre, ma chienne, si tu veux pas que je serre..."

Sentant la pression autour de son cou et l'air qui commençait à lui manquer, Annie cessa de lutter...

Le gros porc eut vite fait de s'installer entre ses jambes, d'appuyer son
gros gland gorgé de sang contre les lèvres de sa vulve et, d'un violent coup de rein, de s'enfoncer sauvagement en elle...

Annie poussa une longue plainte alors que pour la première fois de sa vie,
un homme, une sale brute, violait ainsi son intimité.

Le vieux cochon savourait toute l'étroitesse du vagin de la jeune femme...
les parois moites chaudes et lisses de son fourreau...

Alors que son rythme s'accélèrait, que ses coups de butoir se faisaient de
plus en violents, que ses grosses pattes sales pressaient les seins de la
jeune femme, il n'était pas s'en ressentir les contractions de plus
fréquentes du sexe d'Annie.

Annie qui avait tourné la tête et fermé les yeux... Annie dont la
respiration s'était accélérée... Annie dont les sécrétations vaginales
coulaient abondamment entre ses cuisses...

"Tabarnak, Bill, est en train de venir... l'hostie de trainée..."

La retenant par les poignets, Frank accéléra encore davantage le rythme et la force de ses coups de butoir...

"Ah.. oui,,, ah oui... je te viole, putain, je te viole... pis je
vieeeeeeeeeeeeeeens.... "

Frank sentit sa grosse queue aspirée par le vagin d'Annie alors qu'il
déchargeait toute sa semence en elle...

Bill, qui avait regardé la scène en se masturbant, était de nouveau en
érection: "Retourne-là de bord, la vache..."

Annie, à 4 pattes, la croupe offerte, réalisa trop tard ce que Bill
s'apprêtait à faire.

Il plongea deux de ses doigts dans un pot de graisse à moteur pour lui en enduire l'anus, appuya son gland contre son petit fion et l'encula violemment.

Annie cria de toute ses forces...

Après avoir violé sa bouche et sa plotte, ces salauds était en train de lui
violer l'anus....

Elle n'avait plus la force de résister et de se débattre...

Elle le laissa prendre son plaisir...

Il déchargea au fond de ses intestins, deux doigts bien enfoncés dans sa
plotte... sa plotte qui dégoulinait de ses sécrétions et du sperme de
Frank...

Après l'avoir ainsi utilisée, ils la laissèrent sauter en bas du camion où
elle roula dans l'herbe haute...

Marchant vers sa voiture, elle réalisa que, même si physiquement elle
n'avait aucune blessure, psychologiquement, par contre, elle aurait
maintenant à composer avec le fait d'avoir été violée et d'en avoir éprouvé du plaisir... d'en avoir joui!!!

À suivre...
 

Par François - Publié dans : Mécanique infernale
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Recherche

Calendrier

Octobre 2017
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
<< < > >>

Créer un Blog

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus